4 minutes reading time (738 words)

Le niveau de risque dans la vie des Patriarches Abraham

Le livre de la Genèse peut être divisé en deux parties : l'histoire primitive (chapitres 1 à 11) et le récit des patriarches (12-50) dans lequel nous étudierons les vies d'Abraham, d'Isaac, de Jacob et de Joseph.

Tous les patriarches étaient des semi-nomades. Ils croyaient tous en Elohim (Dieu), et Dieu se révélait à eux sous le nom d'El Shaddai signifiant « Dieu Tout-Puissant » ou « Dieu des grandes montagnes » ou « Dieu des mamelles » (Genèse 17.1,28.3; 35.11,43.14, 48.3). Dieu se révéla en particulier à Abraham en tant qu'El Elyon, qui signifie « Dieu Très-Haut » (Genèse 14.17-24) et El 'Olam qui veut dire « Dieu Éternel » (Genèse 21.33). En passant, je reconnais que ces noms pourraient être des noms géographiques différents pour la même divinité. Mon père a l'habitude de commencer à prier de la manière suivante : « Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob … ». Mais ils sont différents, quant au niveau de risque qu'ils ont pris pour Dieu.

Nous verrons dans cette série de quatre enseignements, qui d'entre eux avait la volonté de tout donner pour la cause du Royaume de Dieu.

Passage biblique : Genèse 22.1-18

Vingt-cinq ans après la promesse divine d'un héritier, Abraham avait eu Isaac, il avait alors cent ans. Puis le Seigneur lui demanda d'aller offrir en sacrifice ce fils unique qu'il aimait, en holocauste sur le Mont Morija. Isaac était celui par lequel la promesse d'une grande nation devait s'accomplir. Malgré cela, Abraham a obéi à Dieu ! Dieu merci, Elohim avait pourvu un bélier pour le sacrifice, en substitution d'Isaac. Dans le Judaïsme, ce passage élimine la possibilité d'offrir des sacrifices humains à l'Éternel, et ce pour tout le reste de la Bible hébraïque.

Il y a plusieurs interprétations du sacrifice d'Isaac par Abraham (Hébreu : Ha-'Aqueydah) : Certains rabbins pensent qu'Abraham croyait que Dieu pouvait lui donner un autre fils même après avoir tué son fils unique – Isaac. D'autres écoles de pensée enseignent qu'Abraham savait, par la foi, que Dieu pourvoirait à un animal pour le sacrifice. J'apprécie la théorie rabbinique selon laquelle « Abraham allait vraiment tuer l'héritier (Isaac) – la semence de son propre corps, sachant que Dieu pouvait le ressusciter d'entre les morts ! »

Ce qui est plus important, c'est qu'Abraham donnait beaucoup plus de valeur à Dieu, qu'à tous ses talents et toutes ses possessions. Il était prêt à risquer tout pour plaire à Dieu qui est l'auteur de tout don parfait (Voyez Jacques 1.17). Quelques-uns d'entre nous aiment Dieu et leurs dons. Qu'est-ce qui est le plus important ? Nous sommes poussés à risquer toute chose pour la cause d'Adonaï.

Notons qu'Abraham voulait croire Dieu, aussitôt qu'il lui donnait ses directives pour agir. Nous voyons cela dans deux épisodes de sa vie :

A. Lorsqu'il sortit de Charan, Dieu lui a dit ce qu'il devait faire (Genèse 12.1-3).

B. Lorsque Dieu lui demanda de sacrifier son fils Isaac, Dieu lui a aussi dit ce qu'il devait faire (Genèse 22.1- 2). C'est le style de foi d'Abraham.

Alors, écoutons-nous ou obéissons-nous (Hébreu : shama') à Dieu quand Il nous parle ? Si le Seigneur devait nous demander en retour quelque chose ou quelqu'un(e) qu'Il nous a donné Lui-même, quel serait notre réaction ?

Réfléchissons sur le Psaume 91.1-2 et 14-15. « Celui qui demeure sous l'abri du Très-Haut Repose à l'ombre du Tout-Puissant. Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie ! Puisqu'il m'aime, je le délivrerai ; Je le protégerai, puisqu'il connaît mon nom. Il m'invoquera, et je lui répondrai ; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai. »

Lorsque nous reconnaissons que Yahvé Tout-Puissant est à nos côtés, nous sommes prêts à risquer toute chose pour la croissance de Son royaume ! En effet le Très-Haut désire que nous ayons confiance en Lui.

C'était le problème des Israélites dans le désert, et ceci, pendant quarante 40 ans : ils manquaient de foi. Le désert était le lieu où le peuple de Dieu faisait face au défi de croire et d'obéir à l'Éternel pour les conduire dans la Terre Promise.

Pour nous aujourd'hui, que signifie « reposer sous l'abri du Tout-Puissant » ? Que veut dire « connaître que Dieu est notre refuge et notre forteresse, notre Dieu en qui nous nous confions ?

Je vous invite à prier et à oser prendre des risques pour l'Éternel, dès aujourd'hui.

Auteure : Edens Elvéu